Insieme - Centre Angèle Mérici
Bouton Menu Mobiles

Accueil > Formations > Retours d’expériences > Le grand oral

Le grand oral


Le grand oral devient un trait d’union entre le secondaire et le post-bac.

Cyril Delhay est intervenu pour le Centre Angèle Merici pour accompagner une équipe à la préparation de ses élèves au grand oral. Cyril Delhay est professeur permanent à Sciences Po Paris ; il y enseigne l’art oratoire en formation continue et initiale depuis 2001. Il a publié "Je réussis le grand oral du bac" aux éditiosn Hachette.

« L’écrit et l’oral sont les deux jambes, de l’éducation. Nous demandions à nos élèves de courir à cloche-pied »

L’autre nouveauté tient à ce que le lycéen articule le choix de son sujet à une réflexion sur son orientation. L’oral de maturité ouvre à une parole singulière. Il invite à un changement de posture de l’examinateur qui devient aussi un accompagnateur aidant le jeune adulte à poursuivre son élaboration : où est-ce que je me situe ? Pour dire quoi ? Réciproquement, tout établissement du supérieur pourra utiliser le sujet du grand oral comme passage de relais et interroger sur ce thème ses candidats à l’admission pour qu’ils étayent leurs motivations.
Que la parole de l’élève soit ainsi reconnue en fin de parcours libère l’oral en amont. Jusqu’à présent, l’oral le plus pratiqué dans la classe a concerné une parole dont on attend qu’elle exprime une maîtrise de certains savoirs, en fonction d’une méthode appliquée à un objet et à une discipline. Dans ce cadre, l’élève récite.
L’oral de maturité donne ses lettres de noblesse à la parole propre de l’élève, qui se construit aussi bien dans un club de lecture que dans un atelier d’écriture ou une candidature à l’élection : il parle en son nom. Mais aussi au service du répertoire ou dans une mise en situation : j’apprends en interprétant ou en me mettant à la place de l’autre. Parole de l’individu, du citoyen en devenir qui nécessite un cadre bienveillant, libre et protégé pour s’exercer, s’expérimenter et se déployer.
« L’écrit et l’oral sont les deux jambes, de l’éducation. Nous demandions à nos élèves de courir à cloche-pied »
Nous en venions également, en raison de ce biais lié à notre histoire, à opposer écrit et oral, l’un devant forcément s’enseigner au détriment de l’autre. La réalité est inverse : l’oral se pratique sur un contenu. Ecrit, oral et lecture s’enrichissent mutuellement. L’oral est une école de clarté et de concision dont les bénéfices rejaillissent sur l’écrit. La phrase courte, avec une idée par phrase, est sa séquence fondamentale. L’écrit et l’oral sont bien les deux appuis, on pourrait dire les deux jambes, de l’éducation. Nous demandions à nos élèves quelque chose d’inouï : courir à cloche-pied tout au long de leur scolarité. Mais aussi et dans un même élan, nous le demandions à nos enseignants.
La réhabilitation de l’oral dans l’école française ouvre la voie à des pédagogies plus variées et performantes, mais aussi à une meilleure qualité d’écoute et de vie en classe. Les résultats de l’enquête PISA 2019 [menée par l’Organisation de coopération et de développement économiques, OCDE] montrent que la moitié des élèves français se plaignent du bruit en cours – au lieu de 30 % dans les autres pays de l’OCDE. N’est-ce pas parce qu’on n’a pas appris à nos élèves à parler qu’on ne leur a pas davantage enseigné à écouter ? Sinon par obéissance et non par considération pour la parole.
Il y a fort à parier que, dans quelques années, on se demandera pourquoi on n’y avait pas pensé avant, pourquoi on a laissé sur le bas-côté de la parole tant de générations. L’instauration du grand oral du baccalauréat est une grande réforme de l’éducation. Promise à un vigoureux avenir à condition d’aider les équipes pédagogiques à s’en saisir progressivement. Un enjeu de taille est maintenant de faire mieux connaître les initiatives locales sur l’oral, trop souvent menées en catimini. Et aussi, dans toutes les disciplines de la maternelle à la terminale, de transcrire dans les programmes officiels, historiquement indigents sur l’oral, les nouveaux possibles.

 

Site des Ursulines de l'Union Romaine
Site Sem'Jeunes