Insieme - Centre Angèle Mérici
Bouton Menu Mobiles

Accueil > Ressources > Ressources documentaires > Lutter contre le harcèlement

Lutter contre le harcèlement


Depuis 2011, le harcèlement scolaire est devenu un sujet de préoccupation politique et social majeur. Et pour cause, un enfant sur dix environ est victime de ce fléau. Pour combattre ce phénomène, les institutions utilisent deux types de stratégies.
La première consiste à mener une action de prévention afin de sensibiliser les élèves aux conséquences de ce type de comportement (décrochage scolaire, phobie scolaire, troubles psychosomatiques, dépression, suicide). Selon une méta-analyse, cette approche ferait diminuer les actes de harcèlement de 20 %.
Pour faire face aux 80 % restants, les institutions ont choisi comme seconde approche la stratégie interventionniste qui peut cependant se montrer contre-productive.
La stratégie interventionniste revêt quatre formes principales :
• La sanction du harceleur reste la plus pratiquée même si l’on sait qu’elle ne génère qu’une adhésion de surface et que le harcèlement se poursuit sous des formes plus difficilement détectables.
• La méthode Pikas ou méthode des préoccupations partagées cherche à mobiliser l’empathie du ou des auteurs de harcèlement afin de les amener à changer de comportement.
• Dans la même lignée, les pratiques réparatrices cherchent à réparer le mal qui a été fait et à résoudre le conflit en encourageant le ou les harceleurs à reconnaître les conséquences de leurs actions sur la ou les victimes.
• Enfin, la mobilisation d’un groupe d’élèves de soutien, constitué à l’initiative d’un adulte, pour venir en aide à la victime sous différentes formes (aide aux devoirs, présence à ses côtés pendant la récréation…).
La stratégie qui permet au harcelé de retrouver confiance en lui :
Créer une tâche, une action concrète, que l’élève harcelé mettra en œuvre lorsqu’il se retrouvera confronter à son harceleur. Cette tâche est coconstruite avec l’enfant ou l’adolescent et tient compte du contexte ainsi que des ressources propres de ce dernier.
La mise en œuvre de ce comportement concret fera vivre à l’enfant ou l’adolescent une expérience émotionnelle correctrice c’est-à-dire une expérience dont l’émotion et les sensations viendront changer sa perception de la réalité (« je peux me défendre seul ») et donc sa réaction.

 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

juin 2021 :

Rien pour ce mois

mai 2021 | juillet 2021

Site des Ursulines de l'Union Romaine
Site Sem'Jeunes