Insieme - Centre Angèle Mérici
Bouton Menu Mobiles

Accueil > Archives > 2015-2016 > Etablissements scolaires > Caen > Témoignages

Témoignages


Ensemble, créons l’avenir !

"De là-bas à chez nous. Développons la culture de la rencontre pour humaniser les conditions des migrants".

Le lundi 21 mars 2016, dans le cadre du temps fort des Terminales, le lycée Jeanne d’Arc à Caen a accueilli deux journalistes syriens d’Alep, responsables d’agence de presse indépendants.

Ces journalistes ont pour objectif de témoigner de la situation à Alep et dans la région, où la société civile, qui a pu émerger depuis 2012, parvient à s’organiser.

Les journaliste syriens

Après la conférence-débat, des élèves témoignent :

Qu’avons-nous appris ?

  • Les syriens vivaient en harmonie avec les religions.
  • Au début du conflit, des enfants ont écrit dans une école au nom de la liberté.
  • L’émotion de la traductrice face à la faible attention que porte le monde sur la situation de son pays et de son peuple.
    Les témoignages nous ont rendu conscients de la réalité qui est autre que celle partagée par les médias.

On a appris l’origine de l’aide apportée aux migrants , à Calais, les raisons pour lesquelles ils veulent aller en Angleterre. Ce que l’Etat fait réellement pour aider les migrants. On a aussi appris l’origine du conflit. Comment s’organise la vie dans les zones contrôlées par les rebelles. Et ce que le régime de Bachard El Assad fait à son peuple.

Paul /Fabien /Hugo


Nous avons découvert :

  • les images et vidéos d’ALEP avant et après la guerre, profondes et marquantes par la violence.
  • les images de Calais
  • les chiffres précis des migrants, des investissements.
  • les interventions poignantes
  • la sincérité de leurs propos
  • les témoignages marquants des différents migrants
  • l’investissement très prenant du Père Chautard dans son association.
  • Le fait qu’il ait lu un passage de la Bible.
  • la lecture dynamique de Camille de Rouvray.
  • l’implication de Marie et Christian pour les migrants de Calais pour leur donner à manger, leur fourniture en abris et les aider à passer en Angleterre.


couverture du témoignage et photo de Camille

Autres témoignages :

Dès que Camille commença la lecture de son témoignage "Quitter ALEP en Guerre", nous nous sommes plongés dans ses paroles. Nous ne savions plus si elle lisait ou si elle racontait son livre, c’était comme si elle revivait chaque instant de sa vie au cours du conflit. Dès qu’elle évoquait un de ses amis ou sa vie au sein de l’école, un sourire se dessinait sur ses lèvres. L’humilité et la sincérité la caractérisaient. Tout le monde était captivé et le silence régnait.
Deux événements ont particulièrement retenu notre attention. Tout d’abord, nous avons découvert une des causes qui plongea la Syrie en une véritable guerre civile. Il s’agit de la première manifestation suite à l’arrestation et à la torture d’enfants, suivie de la mort d’un d’entre eux ayant exprimé le désir de liberté. C’est cette mort qui fut l’événement déclencheur.
Ensuite, nous avons été particulièrement touchés par la mort d’un jeune syrien ayant étudié aux USA. De retour au pays, il fut assassiné par le régime. Son corps resta dans la rue plus de dix jours entouré de snipers le "protégeant" jusqu’à ce que deux musulmans risquent leur vie pour offrir une sépulture à ce chrétien.

Alice/ Delphine/ Mathilde.
La conférence débat

Durant ce temps fort des terminales, nous avons rencontré le président de l’association "L’auberge des migrants". Cette association est présente depuis 2008 au camp des migrants basé à Calais et désormais appelé "la jungle" (du mot afghan pour dire "petit bois" et non "jungle"). Ce témoignage touchant nous a permis de mieux appréhender la réalité qui se joue dans la jungle. Bien souvent banalisée par les médias, la situation n’en reste pas moins préoccupante. Voir des gens agir pour améliorer le quotidien de ces personnes, par exemple en distribuant des vêtements ou de la nourriture, montre que des gens continuent de se battre pour défendre la dignité humaine. Ils pallient les carences de l’Etat dans ce domaine. En effet, l’Etat joue un rôle ambivalent : s’il donne de la nourriture et construit des containers dortoirs, il entrave néanmoins les actions des associations. Cette rencontre pleine de sincérité nous a en tout cas donné envie de nous rendre sur place pour mieux nous rendre compte de la réalité. Car au-delà des clichés, se cachent des hommes, des vies et des histoires.

Clara/ Marie

 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Site des Ursulines de l'Union Romaine
Site Sem'Jeunes