Insieme - Centre Angèle Mérici
Bouton Menu Mobiles

Accueil > Archives > 2014-2015 > Etablissements scolaires > Amiens > Louis et Zélie Martin à Lisieux

Louis et Zélie Martin à Lisieux


Louis et Zélie Martin : un témoignage de foi pour aujourd’hui.

Du 17 avril au 24 mai, le diocèse d’Amiens a accueilli les reliques de Louis et Zélie Martin : la sainteté des bienheureux Louis et Zélie Martin , parents de sainte Thérèse de Lisieux, c’est leur façon de vivre le quotidien en ayant une grande confiance en l’amour de Dieu.

Les reliques de Louis et Zélie Martin.
Groupe d’élèves avec la conteuse


Le 21 mai, les élèves de 5ème du collège Sainte Clotilde sont allés à la Maison diocésaine Saint François de Sales voir une exposition sur la vie des époux Martin. Ils ont pu écouter une conteuse, Brigitte, qui leur a parlé de la vie de Louis et Zélie Martin.

Louis est né le 22 août 1823 à Bordeaux, il arrive à Alençon en 1830. Il apprend l’horlogerie. Il voulait devenir prêtre mais sa méconnaissance du latin l’oblige à renoncer à ce projet. Il ouvre une horlogerie en 1850 à Alençon, rue du Pont-Neuf. Il aime la pêche et achète le Pavillon, qui devient son lieu de retraite où il aime lire et prier. Il y place une statue de la sainte Vierge.

La Vierge du Sourire

Zélie est née le 23 décembre 1831, à 15 kms d’Alençon. Ses parents, les Guérin, sont très chrétiens. Quand Zélie a 13 ans, la famille vient habiter Alençon, rue Saint -Blaise. A 20 ans, Zélie qui pense à la vie religieuse, se présente chez les sœurs d’Alençon, mais, pour des raisons de santé, la supérieure lui en refuse l’entrée. Zélie pense alors au mariage et aux enfants qui en naîtront. Elle a appris les rudiments de la fabrication de la dentelle d’Alençon et installe en 1853, son propre atelier.

En 1858, Zélie traverse le pont Saint -Léonard et croise un jeune homme qui l’impressionne. Trois mois après leur rencontre, ils se marient en l’église Notre-Dame d’Alençon, le 13 juillet 1858, à minuit.
Ils vont fonder une famille nombreuse : en treize ans, 9 enfants vont naître : Marie, Pauline, Léonie, Hélène, Joseph, Jean-Baptiste, Céline, Mélanie et Thérèse le 2 janvier 1873.

La famille Martin

Zélie écrit : "Moi, j’aime les enfants à la folie, j’étais née pour en avoir".
Louis disait : "Moi, je suis bobillon avec mes enfants" . Ce qui signifie bienveillant.
Les enfants ont toute leur place. Ils veulent une ambiance joyeuse, épanouissante et basée sur la confiance réciproque. Ce qui n’exclut pas une certaine discipline, basée sur l’amour, orientée vers le bien de l’enfant. "La brutalité n’ a jamais converti personne, elle fait seulement des esclaves"
(lettre de Zélie du 22 mars 1877).

Louis et Zélie sont travailleurs, courageux. Ils veulent préparer une dot pour leurs filles. Ils ont une foi profonde, et Dieu est toujours mis à la première place. Ils se rendent chaque jour à la messe à 5h30 du matin et vivent la prière quotidienne.
La devise de Louis : "Dieu , premier servi".

Beaucoup de deuils touchent la famille : Hélène, Joseph, Jean-Baptiste, Mélanie.

D’autres souffrances éprouvent le cœur des parents : Léonie est une enfant difficile.

Zélie est atteinte d’une tumeur. Elle fait face et continue à travailler et à sourire, mais le 28 août 1877, à 46 ans, elle s’éteint entourée de sa famille.
Thérèse a 4 ans .

Thérèse enfant

La famille vient s’installer à Lisieux, aux Buissonnets.

Les Buissonnets
Salle à manger des Buissonnets


Pauline entre au Carmel en 1882, Marie part aussi en 1886, Léonie entre chez les Clarisses.

Thérèse à 15 ans

Le jour de la Pentecôte 1887, à 14 ans, Thérèse annonce aussi son désir d’entrer au Carmel.

Thérèse Carmélite

Elle n’a pas l’âge requis, mais elle va demander l’autorisation à l’évêque, puis au Pape. Elle entrera au Carmel le 9 avril 1888.

Céline entrera aussi au Carmel en 1894, après le décès de son père, le 29 juillet 1894, qui à son tour, a connu l’épreuve de la maladie.

Les époux Martin sont reconnus "Bienheureux" le 19 octobre 2008, pour avoir cherché à répondre à l’amour de Dieu. Peut-être seront-ils bientôt canonisés ?

Bienheureux Louis et Zélie Martin

Prière pour demander la canonisation de Louis et Zélie Martin :

"Dieu d’éternel amour, tu nous donnes dans les Bienheureux époux Louis et Zélie Martin, un exemple de sainteté vécue dans le mariage.
Ils ont gardé la foi et l’espérance au milieu des devoirs et des difficultés de la vie.
Ils ont élevé leurs enfants pour qu’ils deviennent des saints.
Puissent leur prière et leur exemple soutenir les familles dans leur vie chrétienne et nous aider tous à marcher vers la sainteté.
Si telle est ta volonté, daigne nous accorder la grâce que nous demandons maintenant à travers leur intercession, et les inscrire au nombre des saints de ton Eglise.
Par Jésus le Christ, notre Seigneur. Amen"


Dans la chapelle de la maison diocésaine, Sœur Jeanine a expliqué aux élèves ce qu’est une relique.

Un temps de prière a permis aux jeunes de confier leurs intentions à Louis et Zélie Martin.

Les 5 et 6 juin 2015 : direction Lisieux pour un temps de retraite pour les collégiens qui se préparent au Baptême, à la Première Communion et à la Profession de Foi : "Sur notre chemin de foi avec Sainte Thérèse"

Reliquaire de Louis et Zélie Martin
La crypte de la Basilique

Après une visite de la Basilique, de la crypte, et avoir vu un diorama

racontant la vie de Thérèse, les élèves sont allés visiter la maison de Thérèse : les Buissonnets.

Statue de Thérèse et son père aux Buissonnets
Le groupe derrière la statue de Thérèse

Le soir, ils se sont préparés au sacrement de Réconciliation.

La conteuse, Brigitte, a retenu leur attention en racontant l’Evangile du Fils Prodigue.

Messe chez les Carmélites

Le samedi matin, après la messe au Carmel et la visite du musée, les élèves se sont rassemblés devant la statue de Sainte Thérèse.

Groupe devant la statue de Thérèse

Les sœurs ont préparé pour chacun des fleurs avec les mots "Amour", "Joie", "Bonheur", "Conseil"....

Amour
Joie
Bonheur


Les baptêmes, les premières communions et les professions de foi ont eu lieu le dimanche 14 juin 2015 .

Que Sainte Thérèse nous aide ainsi que ces jeunes à suivre le chemin de l’Amour :

"Aimer, c’est tout donner et se donner soi-même"

 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Site des Ursulines de l'Union Romaine
Site Sem'Jeunes