Insieme - Centre Angèle Mérici
Bouton Menu Mobiles

Accueil > Ressources > Mériciens au défi de l’écologie et des migrations 2015-2018 > La Cananéenne n°1

La Cananéenne n°1


La Cananéenne en Mt 15, 21-28

Le récit biblique ainsi que des activités, des pistes de travail, une proposition pour prier sur ce site : idées-caté, quelques exemples à retrouver :

  • Un récit à compléter après l’avoir travaillé !
Document à compléter
Des éléments de réponse


  • As-tu bien compris ce passage ?
    Document "As-tu bien compris ?"
  • La cananéenne, quelques explications :

*Jésus est en terre étrangère. Pour un juif de son époque les contacts avec les étrangers sont à éviter parce qu’ils rendent "impurs"... Jésus passe au-dessus de cette règle. Il sait bien que ce qui rend impur, ce sont les mauvaises actions, les mauvaises paroles, les mauvaises pensées,...

* Une cananéenne : c’est une femme habitant le pays de Canaan. Pour Jésus, c’est une étrangère, une païenne (elle ne fait pas partie du peuple de Dieu). A l’époque de Jésus, on ne peut parler à une femme dans un lieu public.

* La cananéenne parle à Jésus. Elle enfreint les règles : elle est femme et elle parle à un étranger dans un lieu public. La cananéenne oublie la loi parce que son amour pour sa fille passe avant tout !

* Le visage de la cananéenne : La cananéenne se déplace et se dépasse car sa fille est tourmentée par un démon. (A l’époque de Jésus, on pensait que la maladie était la conséquence du péché). Malgré les frontières, les hauts murs de séparations entre traditions, pays, sexe différents, la femme marche vers Jésus. Pour elle, l’amour passe avant tout.

* Echange entre Jésus et la cananéenne : La femme parle : "Seigneur, fils de David, aie pitié de moi !"
Dans un premier temps, Jésus ne répond pas. Sans doute n’est-il pas venu en territoire étranger pour guérir, mais plutôt pour reprendre son souffle, se reposer un peu, se ressourcer, faire retraite ( "Jésus s’était retiré..." Mt15,21-28).

Les disciples réagissent en premier : peut-être parce que les cris de la femme les dérangent : " Elle nous poursuit de ses cris !" ; peut-être aussi parce qu’ils compatissent à la douleur de la mère.
Il est bon de noter que les disciples ne voient pas en cette femme étrangère une personne impure.

Jésus leur répond qu’il n’a été envoyé que pour les pauvres, les exclus, les malades, les pécheurs...,( les brebis perdues) d’Israël. La Bonne Nouvelle de Dieu qu’il annonce est destinée à son pays.

Mais la femme ne l’entend pas ainsi ! Elle insiste et n’hésite pas à se prosterner devant lui en le suppliant : "Seigneur, viens à mon secours !". Cette femme est touchante. Sa foi est magnifique, admirable, sa confiance est belle ! En s’approchant, en se prosternant, en implorant Jésus, elle risque les moqueries, les critiques, les reproches de son entourage... Elle risque aussi d’être rejetée...

Jésus ne l’encourage pas à poursuivre. Il porte un regard vers elle, il entame une conversation, mais sa réponse est dure ; elle peut choquer, blesser ! La cananéenne pourrait se vexer, se refermer... Humblement, elle reçoit les paroles qui lui sont adressées... Elle va même plus loin en allant dans le sens de Jésus : " C’est vrai, Seigneur,..." et en ne demandant qu’à manger les miettes qui tombent de la table.

La femme est humble, mais immense dans sa foi, immense dans le don qu’elle fait d’elle même, immense dans son dépassement ! Elle donne tout, elle se fait toute petite pour pouvoir tout accueillir.

Jésus se laisse interpeller, déplacer par la foi d’une cananéenne. Peu à peu, son regard change... Et si sa mission concernait aussi les étrangers ?

* Le miracle n’est pas forcément un fait spectaculaire ou merveilleux. Souvent, il est très discret et seules les personnes concernées le vivent comme tel, c’est à dire comme une intervention de l’Amour. Dans un miracle, il y a "Dieu avec nous", Dieu présent qui se révèle dans un moment de Pleine Lumière !...

 

Ou encore cette prière d’un enfant :

 

La cananéenne,
C’est l’enfant qui passe près de moi en me disant :
"S’il te plaît, aide-moi !"

 

La cananéenne,
C’est maman qui me demande doucement :
"Peux-tu m’aider, je suis un peu fatiguée !"

 

La cananéenne,
C’est papa lorsqu’il a besoin d’un coup de main :
"Peux-tu m’aider ? Juste cinq minutes..."

 

La cananéenne,
C’est la nouvelle de l’école, l’étrangère aux yeux qui me disent :
"Je suis seule, tends-moi la main !"

 

La cananéenne,
Elle est partout si je regarde bien...
Mais moi, suis-je vraiment là pour elle ?
Aide-moi, Jésus, à te ressembler
Et à être là pour toutes les cananéennes qui passent dans ma vie...
Glem

 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Site des Ursulines de l'Union Romaine
Site Sem'Jeunes